Lorsque je me promène au coeur des villes, entre des architectures urbaines, c’est la tombée de la lumière, un peu grise, un peu jaune, sur les façades, qui me laisse voir des formes, des couleurs, des matières. Mais ce qui me séduit, au premier coup d’oeil, c’est l’association trouvée entre ces éléments, ne me laissant rien à redire. Il se dégage une esthétique née d’une cohérence évidente que je souhaite conserver.

 Marcher, observer, s’arrêter, cadrer, capturer. Autant d’actions qui se suivent lorsque je me déplace et lorsque je voyage avec mon appareil photographique. Avec cet outil mécanique qui capture, je prélève à la manière d’un scientifique des éléments d’un cadre qui m’entoure sous forme d’images. Commence ici l’appropriation du voir.

 Dans mon atelier où se confrontent  le textile et le numérique, où mes principaux outils sont mon oeil et mes mains, mon imaginaire prend la liberté de simplifier et de géométriser chaque visuel. En les décomposant, par le contour et la masse, se crée un abécédaire de dix formes géométriques et colorées, invitant à les recomposer et à les reconstruire. Par le désordre et l’empilement, se construit une variation d’installations-constructions de dix éléments-objets graphiques et tactiles.

‘‘Collection Passages’’ donne à lire et à voir des volumétries et une esthétique des façades mais illustre aussi une rencontre entre des techniques, des outils, des matières. Pensée pour la scénographie de spectacles contemporains et de performances, cette construction-installation associe pleins,  vides,   reliefs,   matières   qui  invitent à observer, scénariser, imaginer, manipuler, construire, déconstruire et à dépasser.

 

Ailleurs

Facebook
Twitter
Google +
Youtube
Github
Bitbucket

A propos

Responsables de la rédaction : Camille Vallas, Cécile Chevance et Olivier Laveau. Webmaster : O.L.

Hébergement : SAS OVH - http://www.ovh.com